Association entre parodontite et maladie d’Alzheimer ? | Gencix

Association entre parodontite et maladie d’Alzheimer ?

L’exposition chronique à un Porphyromonas gingivalis, pathogène impliqué dans la parodontite, entraîne une inflammation du cerveau, une neurodégénérescence et une augmentation de la production de peptide amyloïde chez la souris.

Plusieurs travaux effectués sur des modèles animaux ainsi que l’étude d’échantillons de cerveaux de patients atteints de la maladie d’Alzheimer suggèrent une corrélation entre la parodontite et les déficiences cognitives légères … Plus précisément, la présence d’un pathogène, Porphyromonas gingivalis, et de l’un des produits de son métabolisme, la gingipaïne, semblerait en être la cause. Dans une étude qui vient d’être publiée dans le journal PlosOne, Vladimir Ilieski et ses collaborateurs ont testé cette hypothèse en exposant directement, par voie orale, des souris au pathogène et/ou à la gingipaïne …

Analyse

Sur la base de données préexistantes et à la lumière de leurs résultats sur l’animal, les auteurs arrivent à la conclusion qu’il existe un lien direct entre la parodontite et l’augmentation du risque de développer la maladie d’Alzheimer. Chez les animaux utilisés pour l’étude, il n’y a aucun doute que l’exposition au pathogène a des conséquences en termes d’inflammation et de neurodégénérescence. Pour généraliser leur observation, les auteurs appuient leurs conclusions sur le fait qu’ il existe une forte incidence de la paradondite dans la population américaine : environ 50 % de la population touchée. Ils rappellent également, dans la discussion, que plusieurs types de bactéries, dont certaines impliquées dans des infections dentaires, ont été retrouvées plus fréquemment dans le cerveau de patients Alzheimer par rapport aux groupes « contrôle ». Ces corrélations parodontite-maladie d’Alzheimer, ont commencé à être rapportées dans des études publiées à la fin des années 2000 et furent observées sur des cohortes de patients parfois assez conséquentes …

Il y a, à n’en pas douter, une relation évidente entre inflammations chroniques et pathologies neurodégénératives dont la maladie d’Alzheimer; la littérature sur ce sujet est d’ailleurs très abondante …

En conclusion, cette étude soutient l’hypothèse prédominante qui veut que l’inflammation chronique, où qu’elle se situe, contribue grandement à augmenter le risque global de développer la maladie d’Alzheimer. Cependant, et comme la grande majorité des scientifiques et médecins s’accordent à le dire, la maladie d’Alzheimer est si multifactorielle que la parodontite, à elle seule, ne saurait en être la cause principale.

source:
Revue Le Chirurgien-Dentiste de France n° 1821
by Docteur Jean Sévalle
22 novembre 2018